Psychomotricité

Comme indiqué dans la rubrique des activités , une fois par semaine et pour les enfants désirant et capable d'y participer, nous organisons une petite séance de psychomotricité.

En effet , nous avons quelques bases en psychomotricité.

Toutefois , nous tenons a préciser que nous n'avons pas de diplome de psychomotricienne , nous ferons donc de petit exercice mais sans danger et seulement avec les enfants qui marcheront soit à 4 pattes soit debout

 

Psychomot

 

 

 

 

Pourquoi ne pas faire d'exercices avec les bébés ?

 

Pour se développer naturellement et harmonieusement, l’enfant a besoin de 3 choses:

Une base desécurité affective

Un environnement adapté et riche

La liberté de mouvements

Surtout pas de surstimulation!

Grâce à ces éléments, il peut s’éveiller seul, en notre présence.

Si on lui laisse faire la découverte par lui-même, il franchira les étapes vers la marche.

La position plat dos est celle qui permet la plus grande richesse d’exploration, la plus grande possibilité de mouvements, sans fatigue ni crispation.

Le bébé peut pédaler, effectuer des rotations, et peu à peu, se mettre à plat ventre…

 

 

Et pour les autres ?

 

Le développement de la motricité constitue pour les enfants un moyend’accéder à l’autonomie qui intensifie l’exploration sensorielle ainsi queles interactions avec les personnes et l’environnement physique, ce qui stimule tous les autres domaines du développement.

Le développement de la motricité fine se rapporte à la coordination des mouvements de la mainet du bras nécessaires pour atteindre, saisir, relâcher ou manipuler desobjets.

La maîtrise des habiletés de la motricité fine implique généralement la stabilité et la force du cou, du tronc et des bras, de même que lacoordination des yeux et des mains, la perception du toucher, une bonneperception visuospatiale, la capacité de coordonner des gestes moteursfins, la conscience du corps dans l’espace et la coordination des deux côtésdu corps.

La maîtrise d’habiletés de motricité fine permet à l’enfant de manipuler des jouets comportant de petites pièces, de s’habiller et se déshabiller de façon autonome et d’utiliser des ciseaux et des instruments servant à écrire.

Au départ, les nourrissons exercent peu de contrôle volontaire sur leursbras, leurs mains et leurs doigts.

Au cours des six premiers mois, les mouvements non volontaires de prise évoluent vers des mouvementsvolontaires.

La coordination des muscles de l’épaule et du coude, de pair avec les muscles du poignet et de la main, contribue au développement de la préhension de l’enfant. Les interactions répétées de l’enfant avec son environnement et la maturation de son système nerveux central sont responsables du développement de la coordination oculo-manuelle.

Les nourrissons apprennent à manipuler des objets simples en les mettant

dans leur bouche, en les agitant et en les frappant. Les nouveau-nés referment automatiquement leurs mains lorsqu’un objet est déposé au creux de leur paume.

En général, à l’âge de douze mois, l’enfant possède une préhension assez développée pour exécuter des mouvements plus précis, tels que le mouvement de ratissage des doigts pour saisir un bloc ou l’utilisation du pouce et de l’index comme pince pour permettre la préhension d’un raisin.

Le geste de relâcher les objets, initialement grossier chez l’enfant, est remplacé par les habiletés de motricité fine nécessaires pour qu’il puisse relâcher les objets de façon volontaire et coordonnée.

La coordination oculo-manuelle nécessaire pour saisir et relâcher un objet à un moment précis est illustrée par l’habileté de l’enfant à manger seul à la cuillère.

La capacité de l’enfant à coordonner la vue et le toucher s’accroît avec la maturation de son cerveau et avec le contrôle des mouvements de ses bras, qui contribue à une manipulation plus habile des objets de la part de l’enfant.

En général, à l’âge de dix-huit mois, l’enfant maîtrise mieux les gestes de préhension et de relâchement qui lui permettent une coordination indépendante des doigts et du pouce.

Les tout-petits exercent une manipulation complexe de deux objets ou plus, leurs jeux deviennent ainsi plus significatifs et orientés vers un but précis.

Pendant une activité, les enfants deviennent intéressés à aligner et à empiler des objets, à assembler des jouets avec des pièces, à gribouiller spontanément et à reproduir de simples traits.

Pendant les premières années, la plupart des jeunes enfants deviennent très habiles pour utiliser leurs deux mains en même temps, ce qui leur permet d’accomplir des tâches comme enfiler des perles. Les habiletés de motricité fine nécessaires à la manipulation d’objets avec les mains évoluent de façon progressive chez les enfants de trois à cinq ans.

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×